Communiqué de presse – La Ligue contre la violence routière a rencontré Florence Guillaume, Déléguée interministérielle à la sécurité routière le 07 février

La Ligue contre la violence routière a rencontré Florence Guillaume, Déléguée interministérielle à la sécurité routière le 07 février.

Suite à la publication des chiffres 2022 très inquiétants de la sécurité routière, Jean-Yves Lamant et Pierre Lagache, respectivement président et vice-président de la Ligue contre la violence routière ont rencontré Florence Guillaume, Déléguée interministérielle à la sécurité routière. Le sujet central de cette première rencontre a porté sur la politique nationale de sécurité routière.

Le nombre de tués sur les routes de France observé en 2022 (3260 tués*) a certes marqué une légère baisse de – 2,8 % par rapport à 2019, dernière année de référence avant la crise sanitaire. Ce chiffre de la mortalité routière de 2022 marque toutefois une stagnation globale des résultats depuis 10 ans. 3268 tués en 2013, 3260 tués *en 2022 : aucun progrès en 10 ans !

* Les 3260 tués concernent la France Métropolitaine. Sur le périmètre intégrant les DOM -TOM , l’estimation est de 3540

 

Quelle feuille de route pour atteindre l’engagement de l’État signé en 2020 sur la vision de tendre vers « zéro tué et blessé grave en 2050 » ?

C’est un objectif qui reste très discret dans la communication de la Délégation à la sécurité routière. L’État Français s’est pourtant engagé en 2020, en signant l’accord européen de Stockholm, à réduire de moitié le nombre de tués et blessés graves sur la décennie 2021-2030 (c’est-à-dire atteindre moins de 1500 tués et 8000 blessés graves / an en 2030), première étape qui vise à terme l’objectif zéro à l’horizon 2050.

La Ligue contre la violence routière, qui a été pionnière en ajoutant « zéro accident » à son logo dès 1992, a fait la projection suivante : elle implique d’ici 2030 une baisse moyenne de la mortalité routière de -6,7 % par an (voir courbe jointe). Pour la Ligue, cet objectif impose à l’État d’élaborer une feuille de route précisant un planning de mesures nécessaires qu’il conviendra de rendre acceptables et non l’inverse.

 

À quand un Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) ?

Le dernier Comité interministériel de la sécurité routière date de 2018 ! La Ligue contre la violence routière réclame donc la réunion d’un Comité interministériel pour présenter la feuille de route s’appuyant sur l’engagement de Stockholm.

La France est aujourd’hui seulement au dixième rang des pays européens. Les marges de manœuvre existent à condition que l’État agisse de façon urgente.

Des villes et métropoles, comme Lyon, sont d’ores et déjà mobilisées sur l’objectif zéro tué sur les routes. La Ligue a défendu l’idée auprès de la Déléguée interministérielle d’un alignement des politiques locales et nationales sur cet « objectif zéro ».

Suite à cet échange très courtois mais direct, la Ligue contre la violence routière a l’espoir d’avoir été entendue sur sa demande de feuille de route et attend d’en connaître très rapidement les contours, pour qu’un CISR soit programmé en 2023.

Source LCVR – février 2023

 

La baisse de -6,7% /an en moyenne (courbe rouge) correspond à une réduction de 50% par décennie. La courbe bleue en pointillés correspond à l’évolution du nombre de tués pour atteindre l’objectif en tenant compte du fait que la mortalité de 2022 n’a pas significativement diminué par rapport à celle de 2019. Cet effort important est nécessaire. Il impose donc d’agir en urgence.

État des lieux

Objectif -50% de tués en 2027 vs 2017 :

Avec la mobilisation de tous, c’est possible !

Le bilan
Haut de page